L’oreille interne (a spectral recollection)
En découvrant par hasard dans les poubelles des documents ayant appartenu au chef d’orchestre Boris de Vinogradow qui dirigea l’orchestre de chambre de l’ORTF (entre autres ensembles) et fût impliqué dans la création de l’ensemble l’Itinéraire, qui vit l’émergence d’un courant musical nommé musique spectrale), Julien Sirjacq s’est empressé de les fouiller, de les analyser et de les utiliser comme source d’inspiration pour son travail.   Cette recherche se constitue à partir d’un corpus de lettres, partitions, bandes magnétiques, etc., autant de fragments qui posent la nécessité de la forme fictionnelle, d’une construction, pour constituer une mémoire de l’histoire de ce personnage dont la trajectoire est liée à l’éclosion de la musique spectrale. En s’occupant de la mémoire de ce chef d’orchestre actif dans les années 70-80, en définissant les contours de son travail, par le biais de ses collaborations et de sa vie, Julien Sirjacq développe, au sein d’installations, de sérigraphies et d’éditions, un réseau de réflexions sur les questions d’auteur, d’appropriation, d’obsolescence technologique, de spectralisme, de nécrophonie, qui dessinent une histoire transversale de la musique électro-acoustique, de la Maison de la Radio et de l’esthétique de cette période.  
 
  Le temps incertain (a spectral recollection)
Cette cassette a été éditée à 100 exemplaires à l’occasion de l’exposition L’oreille interne (a spectral recollection), dans le cadre du festival Citysonic à Bruxelles en 2012. Le choix de ce support obsolète fait suite à la logique de transmission adoptée, posant les conditions d’accès technique à ce corpus d’archives. L’enjeu de cette cassette était donc de remettre en circulation les documents trouvés (partitions, bandes magnétiques, cassettes, lettres…), en les mettant à disposition de musiciens que cette esthétique spectrale intéressait.   Face A 1-Quentin Sirjacq – Mandragore 5’02” 2-Rainier Lericolais – Magnétique collage 9’31” 3-Nicolas Jorio – Seuil 3’04” 4-Pierre Fruchard – Barthes 7’40”   Face B 1-Vincent Epplay – Un monde hostile 7’20” 2-Olivier Cavaillé – Couleur de mer 4’36” 3-Julien Sirjacq – Circles 2’42” 4-Etienne Bonhomme/Laurent Bruttin – Nout 7’21”