Sudden Archives (a spectral recollection)

 

En découvrant par hasard dans les poubelles des documents ayant appartenu au chef d’orchestre Boris de Vinogradow qui dirigea l’orchestre de chambre de l’ORTF (entre autres ensembles) et fût impliqué dans la création de l’ensemble l’Itinéraire, qui vit l’émergence d’un courant musical nommé musique spectrale), Julien Sirjacq s’est empressé de les fouiller, de les analyser et de les utiliser comme source d’inspiration pour son travail.

 

Cette recherche se constitue à partir d’un corpus de lettres, partitions, bandes magnétiques, etc., autant de fragments qui posent la nécessité de la forme fictionnelle, d’une construction, pour constituer une mémoire de l’histoire de ce personnage dont la trajectoire est liée à l’éclosion de la musique spectrale.

 

Passionné de musique expérimentale, il intègre immédiatement à ce travail plastique une dimension sonore et partage dès lors ses explorations avec des musiciens avec lesquels il questionne la transmission de cet héritage Les Recording Memory Sessions ont été composées à partir des partitions contenues dans les archives de Boris de Vinogradov. Elles mettent en jeu l’histoire de la musique contemporaine des années 70, écrite, savante, en la confrontant à des registres musicaux plus populaires de la même période.

 

Ces partitions furent jouées, enregistrées et gravées durant l’exposition Sudden Archives.

 

Faces A-B: 13 Recording Memory Sessions enregistrées à Circuit du 15 nov. au 13 décembre 2014.

 

Avec: Antoine Kogut, Wanda Obertova, Laurent Bruttin, Laurent Estoppey, Anne Gillot, Luc Müller, Dragos Tara, Rainier Lericolais, John Menoud, Kiko Esseiva, Raphaël Raccuia, Ariel Garcia, Benoît Moreau et la performance musicale du 14 nov. à Circuit, American Limbo (live) par Pierre Fruchard et Nicolas Jorio (guitares).

 

*Dubplate : disque microsillon en acétate, créé à l’origine pour faire le moule d’un futur disque vinyle. Les disques présents dans ce coffret ont donc la particularité de pouvoir servir de matrice, mais aussi de progressivement disparaître s’ils sont trop souvent écoutés…

 

Le dispositif conçut pour Circuit se déploie sous 3 modalités: partition / transposition, interprétation / enregistrement et diffusion / production.

 

Certains éléments des archives sont présentés au moyen de différentes techniques d’impression, un wall-paper de vues de studios détruits de la Maison de la Radio recouvre l’ensemble des murs de l’espace de Circuit qui devient un studio d’enregistrement, une fabrique de disques vinyles et une imprimerie où sera produite une édition sur toute la durée de l’exposition.